Des Totems en bois sculptés dans un parc à Levallois

Des Totems en bois sculptés dans un parc à Levallois

En juillet 2015 Eurovia IDF à fait appel à moi moaideco pour élaborer un projet de sculptures de totems en bois avec pour thème l’Afrique et l’Océanie.

Après 1 an de travail, ces totems ornent aujourd'hui le parc africain et océanien qui intègrent un ensemble d'autres parc, l'Amérique, L'Asie et L'Europe (en construction) le tout formant le parc des cinq continents sur la commune de Levallois Perret en île de France .

totems bois parc africain et océanien levallois
totems bois parc africain et océanien levallois

Les différents totems en bois

Le parc africain est constitué de six totems de trois mètres de haut, quatre avec des masques africains sur leurs deux faces, et deux totems représentant des personnages, un guerrier et une guerrière Massai.

Quant au parc Océanien, celui ci est fait de quatre portiques constituées de deux poteaux sculptés de 3 mètres supportant deux poutres également sculptées de motifs tribaux et ornés au centre d'une tête à l'effigie de l’île qu'ils représentent.

IL y a donc deux portiques sur le thème Moaï, ces mythiques statues de l’île de Pâques, et deux autres avec des motifs Maori de Nouvelle Zélande.

 

La choix du bois

Il était prévu à l'origine de fabriquer ces totems en résine avec un aspect bois. C'est finalement le bois qui à été retenu. Il ne sera pas traité, pour qu'il vieillisse naturellement avec le temps et qu'il puisse prendre sa teinte grise argentée.

Ce sont le Douglas et le Cèdre qui ont été retenus pour ces sculptures car on a l'avantage de les trouver dans nos régions. Ils sont de classe 3 naturelle. c'est à dire qu'il résistent aux insectes, aux champignons et aux intempéries tant qu'ils ne sont pas en contact avec le sol.

Ce sont des essences que l'on utilise souvent en construction (charpente, lames de terrasse, bardage, volets etc...)

Le Douglas aussi appelé pin d’Oregon, est plus difficile à travailler que le Cèdre et a tendance à se fendre plus facilement au séchage . Il a des couleurs rosées, tandis que le Cèdre des couleurs jaunes miel et une odeur de bonbon, ce qui est agréable lorsqu'on le travail.

 

Le choix des sculptures

Avant de sculpter, il a fallu que je réalise un ensemble de croquis pour définir les motifs et les formes a travailler.

Les premiers dessins ont permis de choisir quel style de statues allait êtres faites car chaque tribu africaine et chaque île du pacifique possède sont propre style.

Les autres dessins ont permis de définir avec précision les formes finales.

Totems bois masques africains
Totems bois masques africains
Portique Maori en bois
Portique Maori en bois
Croquis portique Moaï
Croquis portique Moaï

Premier challenge : Trouver du bois sec, et le faire livrer!

Pour limiter la fissuration des sculptures une fois posées, j'ai du chercher du bois sec.

Or il est très difficile de nos jours d'en trouver du sec ou abattus depuis longtemps.

La plus part des bois sont abattus puis débités et ensuite passés en séchoirs, des énormes fours dans lequel la température et le taux d'humidité a une très grande importance.

Apres plusieurs journées passées au téléphone à chercher une scierie qui pouvait avoir du bois sec, je fini par en trouver une à proximité de chez moi avec du Douglas abattus depuis six à dix ans, chose plutôt rare.

Malheureusement une partie du bois était abîmé car stocké dehors et pas sous abris, j'ai du donc commander plus de bois que nécessaire pour faire un tri .

Je me suis fait livrer le bois car il fallait des camions spéciaux pour transporter de tel tronc d'arbres! Les grumes sont arrivées en longueurs de six à neuf mètres pour certaines.

La première étape a été de découper les troncs en longueurs de trois mètres et ensuite de retirer l'aubier.

L'aubier est la partie la plus tendre du bois, ce trouvant juste après l'écorce sur quatre à cinq centimètres. Il est important de retirer cette partie qui est sensible aux insectes et champignons même sur du Douglas qui est classe trois.

Tout ce bois découpé crée un volume de déchets qui allait vite prendre beaucoup de place.

J'ai donc recyclé les gros morceaux pour le chauffage et les copeaux sont partis dans le potager pour le composte

2 ème challenge: l'organisation dans l'atelier, et le travail de sculpture.

L'organisation dans l'atelier devient un autre challenge car les troncs prêts à être sculptés représentent un gros volume et pèsent près de cent cinquante kilos chacun. J'avais au total vingt deux pièces de bois à sculpter.

Je me suis donc fabriqué des chariots avec des roulettes pivotantes pour pouvoir déplacer les troncs au fur et à mesure de je les sculptais.

J'ai pu par la suite emprunter une grue d'atelier qui sert à lever les moteurs d'automobiles, ce qui m'a grandement facilité la tache, surtout lorsque j'ai du charger le camion pour la livraison .

Les outils principalement utilisés au départ ont été la tronçonneuse et l’élagueuse.

Ma grosse tronçonneuse Husqvarna 650xp avec un guide de 50 centimètre a servi à réduire les grumes à un diamètre de trente centimètres. L’élagueuse quant à elle avec son guide de sculpture de 20 centimètres a permis de sculpter les partie qui demandaient plus de finesses.

Ces outils nécessitent que la chaîne soit parfaitement affûtée, car si celle ne l'est pas le travail est difficile, la machine force trop, la coupe est mauvaise et le travail est plus long.

Les outils utilisés par la suite, étaient le rabot et la meuleuse.

Ce premier m'a servi à faire du tronc un cylindre plus régulier.

La meuleuse est mon outil favoris pour sculpter de grandes pièces, car elle permet de gagner beaucoup de temps. Avec une combinaison de plusieurs disques, on peut sculpter, râper, raboter, poncer et polir. Il est important d'avoir un variateur de vitesse car lors du ponçage ou du polissage si le disque tourne trop vite, le bois va brûler et les disque deviennent inutilisables.

Je suis cependant obliger de passer à des outils plus petits pour faire les détails.

C'est à ce moment là qu’interviennent les gouges, la graveuse ou encore la lime électrique.

 

Les dernières contraintes à prendre en compte...

Comme pour toutes sculptures exposées en extérieur dans un lieux public, des questions de contraintes métrologiques ou de sécurité se posent.

La prise au vent dépendra de comment la pièce est fixée au sol, l'eau, le soleil ou le gel aura un impact différent en fonction des matériaux ou des essences de bois utilisées.

Bien entendu le bois est plus sensible que la résine à ce type de contraintes, mais il peut être protégé de différentes manières. D'ailleurs il se protège naturellement du soleil en prenant sa teinte grise.

Quant au facteur humain, nous pouvons limiter l’accès, mais on est jamais à l'abris que quelqu'un essaye d'escalader, dégrader ou voler les œuvres.

Mais ceci est une autre histoire ...

 

 

Portique Moaï
Portique Moaï
sculptures bois guerriers et guerrière Massai
sculptures bois guerriers et guerrière Massai

Écrire commentaire

Commentaires: 0